ZOOM SUR NOS DOSSIERS

Cette rubrique traite des dossiers spécifiques et importants pour la Ville. Elle nous permet de vous parler de leur évolution, de vous informer des actions dejà menées, de vous livrer nos réflexions en cours et de vous présenter nos objectifs.

L' ENFANCE

La commune est signataire d'un contrat de l'enfance depuis 1995. Nous l'avons renouvellé régulièrement afin de l'adapter à l'évolution de la réglementation et des objectifs conjoints de la CAF(*)Caisse d'Allocations Familiales et de la Commune. C'est donc une politique dynamique volontaire et adaptée aux besoins des parents qui a été mise en place.
sample-image La crèche pour les bébés jusqu'à 3 ans trouve toute sa place dans le dipositif. Afin de ne pénaliser personne nous avons signé une convention avec la crèche de Longwy pour favoriser l'accueil des bébés ne pouvant pas être accueillis à Herserange en raison d'un effectif complet. Les familles peuvent s'appuyer aussi sur les services de la garderie, de la cantine, des transports et de l'aide aux devoirs. La crèche et le service périscolaire sont à saturation en matière d'accueil. Aussi nous avons décidé en 2013 de créer une Maison de l'Enfance. Nous avons mis en place un comité de pilotage composé de parents d'élèves, d'enseignants, de responsables ad hoc des services communaux, la responsable de la CAF, d'une représentante du CG 54(*)Conseil Général de Meurthe et Moselle et des élus de la ville. Le Comité s'est réuni à deux reprises au cours de l'année 2013. L'ensemble des travaux a conduit à la conclusion d'implanter une Maison de l'Enfance en face de l'école de Landrivaux, en lieu et place d'anciens bâtiments pratiquement plus utilisés et surtout plus adaptés. Un appel d'offre a été lancé pour choisir le maître d'oeuvre qui aura la responsabilité de ce chantier. A ce jour, l'architecte a été choisi. Il l'a été sur la base d'une réponse adaptée au cahier des charges, aux plans techniques et financiers. D'ores et déjà la première opération qui sera menée sera celle de la déconstruction des bâtiments dès juillet 2014. Un projet déjà bien engagé dont nous vous ferons partager l'évolution au cours de sa construction. Cette création va permettre d'offir des conditions d'accueil adaptées et modernes. sample-image J'aurai l'occasion de revenir sur ce sujet dans le cadre du programme 2014 - 2020 car nous avons d'autres propositions à faire. Notre objectif permanent c'est de trouver et de mettre en place les services adaptés aux besoins des familles. La Maison de l'Enfance en fait partie. Mais il y a aussi des actions toutes simples que nous avons mis en place dans cet esprit. Je prendrai pour exemple le paiement par carte bancaire, les réservations et le paiement par internet avec la création du portail familles, ainsi que l'achat de tablettes tactiles pour les agents du service jeunesse. Cette formule informatique modernise et sécurise la gestion de l'information. Sans oublier la mise en place de l'aide aux devoirs, l'élargissemet des plages d'accueil à la garderie (accueil à partir de 7h le matin en temps scolaire et à partir de 7h30 en été). Autant de petits services qui sont d'une grande utilité pour celles et ceux qui les utilisent et qui en ont besoin. La création d'un arrêt de bus supplémentaire pour réponse aux nouveaux habitants de la résidence Calypso à la Chiers.

LA STUL

La STUL a arrêté sa production en février 2005. Aussitôt nous avons engagé avec l'AMREF(*)Arcelor Mital Real Esthate France des réunions d'informations et de concertation sur le suivi et le devenir de la Friche. L'AGAPE(*)Agence d'Urbanisme Lorraine Nord, partenaire consultant du projet, a fait des propositions qui répondent à la nécessaire requalification de la friche par une urbanisation nouvelle en 5 phases. (voir le dossier complet)
sample-image
sample-image Le 28/06/2007, la commune prend une délibération de nature opérationnelle.
(lire la délibération)
Les années 2006 et 2007 ont permis ce travail d'interventions. Cependant dans le planning d'un projet, il y a des situations de contraintes qui demandent beaucoup de temps pour être levées. Les années 2008 et 2011 ont été un trop long temps de gestion de la zone, dans sa dimension administrative, technique et sécuritaire. C'est pourquoi j'ai adressé un courrier (lire le courrier), le 20/05/2008, à la direction de l'AMREF(*)Arcelor Mital Real Esthate France pour leur faire part de toute notre inquiétude quant à l'évolution du projet. Pour autant en 2012 et 2013, l'AMREF(*)Arcelor Mital Real Esthate France, l'EPFL(*)Etablissement Public Foncier Lorrain, la CCAL(*)Communauté de Communes de l'Agglomération de Longwy et la Commune s'engagent dans un travail de fonds pour fixer les modalités concrètes permettant d'avancer sur le projet dans sa globalité. Dans le même temps une convention est signée entre les partenaires. Celle-ci intègre une étude qui s'articule autour de deux axes : l'un environnemental pour identifier le niveau et la nature de la pollution sur site, l'autre est une étude de définition et de potentialité de l'espace en matière d'aménagement urbain. J'ai défendu cette étude au sein de la CCAL. sample-image En effet, la CCAL participe à hauteur de 30 000 €, 60 000 € pour AMREF et 60 000 € pour EPFL, soit 150 000 €. Les résultats de cette étude apporteront les informations sur les opérations possibles à mener sur cette zone. La seconde phase s'inscrit parallèlement à l'étude. C'est la déconstruction du site. La phase d'appel d'offre est terminée et le début des opérations est prévu en juillet 2014 avec une fin programmée pour 2015 début 2016. Et ensuite, c'est la troisième phase, la plus importante, la reconquête du site. C'est l'étude en cours qui définira la nature des projets potentiels.

LA PISCINE

Mise en service en 1975, le complexe Francis l'Hôtelier s'inscrit pleinement comme un outil structurant du territoire. Construit pendant les années fastes de l'économie locale, il a néanmoins pesé dans tous les exercices budgétaires de la commune. La fermeture des installations industrielles qui apportaient la richesse à la commune a nettement diminué la capacité financière de la ville.
sample-image A un point tel qu'il fallait prévoir des solutions alternatives pour éviter une éventuelle fermeture de la piscine. C'est pourquoi en 2005 j'ai adressé un courrier au Président de la CCAL pour lui demander qu'il porte au niveau intercommunal la réflexion sur la prise de compétence des complexes aquatiques du bassin. Mon objectif n'était pas d'imposer une charge nouvelle à la CCAL mais bien de porter au niveau intercommunal la dimension d'intérêt de l'Agglomération des piscines. En 2009, le nouveau Président de la CCAL engage une étude qui intègre une phase de diagnostic dans un premier temps. Celle-ci a permis de faire un état des lieux dont les conclusions se sont révélées peu convaincantes. La situation n'évoluant plus, j'ai renouvelé mes préoccupations auprès d'un nouveau et troisième Président de la CCAL. Il créé une commission, elle procède à des visites d'établissements, d'audition des associations utilisatrices, multiplie les réunions pour aboutir à une conclusion pour le moins étonnante. On ferme les deux piscines existantes et on en construit une nouvelle. Aujourd'hui notre position n'est pas celle d' élus qui se retranchent sur eux mêmes pour défendre leurs propres intérêts locaux, mais au contraire d'élus responsables et convaincus que d'autres solutions existent et qui tiennent compte des coûts, de la structuration du territoire. La piscine de Herserange a toujours été entretenue, suivie et a bénéficié de travaux de conformité pour répondre aux exigences des normes en vigueur. C'est un équipement pleinement opérationnel qui peut être maintenu à condition de l'utiliser de manière judicieuse. Ainsi il doit avoir une vocation strictement scolaire et associative. sample-image La construction d'un établissement nouveau viendrait compléter l'offre aquatique par un équipement répondant aux attentes d'un public demandeur de nouveaux services. Lorsque l'on réfléchit à l'organisation d'un territoire, les équilibres de son aménagement sont fondamentaux. La géographie de notre agglomération se caractérise par des fonds de vallées et un plateau. Aussi l'établissement nouveau pourrait s'implanter sur le plateau de Longwy, et la piscine de Herserange serait une réponse pour les fonds de vallées avec celle de Longlaville. La réflexion que nous vous livrons intègre bien entendu la prise en compte nécessaire des coûts de manière générale. La CCAL s'est engagée à prendre la compétence "Piscines" le 1er janvier 2015. Pour autant elle n'a pas attendu cette date pour soutenir financièrement les piscines de Longwy, Longlaville et Herserange. Ce soutien accordé aux communes est une reconnaissance de l'ensemble des élus du bassin de l'intérêt communautaire que représente les piscines. C'est une grande avancée et je fais confiance à mes collègues élus car je sais qu'ils ont la capacité et la volonté d'apporter le meilleur pour notre agglomération dans ce domaine mais aussi dans ceux qui touchent aux compétences de notre communauté de communes.

LES BRANCHEMENTS PLOMB ET LE PRIX DE L'EAU

La commune a renouvellé le contrat d'exploitation du réseau d'eau en 2011. Ce contrat a été conclu sur la forme d'une DSP(*)Délégation de Service Public pour une période de 12 ans. Préalablement je rappelle que la ville de Herserange ne possède pas de captage d'eau potable.
Nous sommes donc contraints d'acheter notre eau par l'intermédiaire de notre délégataire à la CCAL(*)Communauté de Communes de l'Agglomération de Longwy. Cet état a une incidence sur le prix global de l'eau livré aux consommateurs c'est à dire aux habitants de Herserange. sample-image Pour autant lorsque nous avons négocié le nouveau contrat en 2011, nous l'avons signé à des conditions sans précédent. Car dans ce contrat figurait :
- la sectorisation qui permet de gérer le réseau d'eau par secteur, mesure très utile dans le repérage des fuites,
- la télérelève qui a nécessité le remplacement de tous les compteurs d'eaux. Elle permet de relever les consommations depuis un poste centralisé, d'identifier les anomalies et d'en informer le consommateur
- la modélisation qui est une technique qui permet l'optimisation du fonctionnement de ceux-ci
- le renouvellement des branchements plomb qui est l'élément majeur de ce contrat
En effet les travaux de suppression des conduites en plomb pour un branchement coûtent en moyenne 1 800 €. Le contrat comprend les 500 branchements qu'il reste à faire soit 500 * 1 800 égal à 900 000 €, auxquels on ajoute 300 000 € pour les opérations de sectorisation, de télérelève et de modélisation. Ainsi ce sont 1 200 000 € soit 100 000 €/an sur la durée du contrat que prendra en charge le délégataire. La seule ressource financière que possède la commune pour gérer ce qui lui incombe sur le réseau, c'est le prélèvement sur votre facture d'eau de la somme de 34 centimes d'€ hors taxes / m³. La consommation moyenne de la ville est de l'ordre de 180 000 m³ soit 180 000 * 0,34 égal à 61 200 € de recettes hors taxes. Si le contrat n'avait pas été signé dans les conditions précedemment présentées, c'est une recette annuelle supplémentaire qu'il aurait fallu prélever sur la facture d'eau en passant la surtaxe communale de 0,34 € à 0,90€ hors taxes par m³ soit + 0,56 € hors taxes. Plusieurs fois lors de réunions publiques je vous ai présenté le budget de l'eau et surtout les composantes de votre facture. sample-image Hors abonnement la part du prix du m³ d'eau est composé de la rémunération du délégataire (1,1666 € / m³ achat de l'eau et services) et de la surtaxe communale (0,34 € / m³), soit un total de 1,5066 € / m³ hors taxes. C'est le chiffre du prix de l'eau relevant de la responsabilité de la commune qui a signé le contrat de délégation et qui a fixé le montant de la surtaxe eau. Ensuite au prix de l'eau s'ajoute le prélèvement de la part assainissement pour un montant de 1,68 € hors taxes / m³ et les taxes de l'agence de l'eau pour un total de 0,694 € hors taxes / m³. Ainsi vous pourrez juger que ce sont bien les prélèvements annexes qui pèsent sur le prix du m³ d'eau. On peut toujours dire que l'eau est trop chère à Herserange. Mais il est vraiment trop réducteur de se contenter de comparer les prix de l'eau au m³ par commune. Il faut avant tout comparer les contrats, leur condition, leur contenu, les services qu'ils délivrent. Ce que nous pouvons assurer aujourd'hui, c'est que la surtaxe eau n'augmentera pas, grâce aux conditions de négociation de ce contrat. Le prélèvement communal représente 39 % de l'ensemble des prélèvements d'une facture, hors abonnement. Depuis 2001, j'ai sollicité à de nombreuses reprises la CCAL pour que soit examiné le problème de la compétence de l'eau. En effet, deux communes, Mont-Saint-Martin et Herserange sont pleinement dépendantes des ressources de la CCAL car elles n'ont pas de captage d'eau. Trois autres communes sont aussi clientes pour répondre à des besoins ponctuels. Si l'on fédérait l'ensemble des ressources en eau ainsi que la gestion des services des eaux (mode de gestion à définir), nous aurions immanquablement des pistes non négligeables d'économies. C'est un projet qui me parait essentiel pour toutes ces raisons et doit être examiné par la nouvelle assemblée gérant l'agglomération. Pour conclure je vous informe qu'à la signature du contrat, il restait 500 branchements à réaliser. 160 ont été réalisés et 150 sont programmés en 2014 sur la rue de Paris, le Village et Landrivaux.

L' EDIFICE DE LA CONCORDE

A l'origine cet ensemble était une église. Elle avait été édifié pour rapprocher les habitants du quartier de leur lieu de culte. Dans les années 80, le bâtiment a été prêté par le diocèse pour la pratique du culte musulman. Puis le bâtiment a été vendu à une entreprise locale de travaux publics pour abriter son matériel. Cependant l'entreprise n'a pas pu consolider son implantation car le bâtiment était difficilement accessible. Il est revendu de nouveau et acheté par un marchand de biens. Celui-ci a acquis les surfaces foncières proches afin de réaliser un projet immobilier en s'adossant à un promoteur immoblilier. Le projet était au stade du permis de contruire lorsque le promoteur a été contraint d'abandonner sa démarche d'aménagement pour des raisons financières. Nous sommes en 2010 et en pleine crise économique. 2014, le bâtiment est toujours là. sample-image Sa présence dans l'état n'est pas de nature à valoriser l'environnement proche de l'école maternelle et des habitations du quartier de la Concorde. Bien entendu nous suivons ce dossier avec intérêt. Nous avons fait des propositions d'achats au propriétaire. Au regard de la valeur déterminée par France Domaines, la commune n'a pas la capacité financière pour absorber cet ensemble, terrain et bâtiment. La seconde hypothèse d'intervention s'appuie sur une éventuelle reconnaissance de menace de ruine. Cependant il faut des éléments tangibles de dégradations graves qui portent atteintes à la sécurité de la population. Selon les experts ce n'est pas le cas. De plus l'espace global est entièrement privé. C'est pourquoi nous avons décidé de donner les conditions à toutes et tous pour que vous, les usagers habitants, n'empruntent plus du tout ce passage en construisant des escaliers. Pour autant nous sommes toujours attentifs, vigilants et en permanente relation avec le propriétaire afin de trouver la ou les solutions possibles à la reconquête de cet espace. Dans tous les cas vos élus ont fait leur travail et ont contribué à l'embellissement du secteur par plusieurs opérations récentes de requalification que vous avez pu découvrir et que nous allons poursuivre dans les années futures.

LE TRES HAUT DEBIT, UN ATOUT ECONOMIQUE

En quelques années, le paysage numérique a considérablement changé et nous vivons une véritable révolution digitale. A domicile, au bureau ou en mobilité, l'usage d'Internet et les services numériques se sont généralisés. Dans leur relation avec les services publics, 61% des particuliers et 94% des entreprises utilisent Internet. Aussi, la ville de Herserange, en lien avec la CCAL(*)Communauté de Communes de l'Agglomération de Longwy et le Conseil Général de Meurthe et Moselle a accéléré son appropriation des technologies de l'information et s'appuie désormais systématiquement sur le numérique pour la mise en oeuvre des politiques publiques. Etre élu aujourd'hui c'est forcément être numérique. Le déploiement du très haut débit représente un enjeu majeur d'aménagement en permettant d'offrir à la population des services performants, indispensables pour favoriser l'attractivité et la compétitivité de notre territoire. sample-image C'est encore plus vrai en milieu rural. Pour autant si la ville de Herserange bénéficie du Haut Débit (8 méga par ADSL), certaines zones de la ville souffrent de la faiblesse du débit qui peut descendre à moins de 1 Méga. La Ville s'inscrit pleinement dans la démarche de la CCAL et du Conseil Général pour construire un projet phasé sur une dizaine d'années environ, en lien avec des opérateurs pour bénéficier du Très Haut Débit Fixe. Dans tous les cas, les chiffres nécessaires à cet investissement sont aujourd'hui de l'ordre de 15 millions d'€ pour l'agglomération et de 1 million pour Herserange, dans des hypothèses basses. A l'annonce de ces montants vous comprendrez les enjeux économiques considérables qui gravitent autour du déploiement du Très Haut Débit. En modernisant les services publics locaux, le numérique offre ainsi une vie quotidienne plus simple et plus efficace pour nos habitants et donne aux entreprises les moyens pour se développer. Pour nous les élus, prendre en compte l'environnement dans lequel évolue la collectivité dont nous avons la charge est indispensable. Ainsi depuis de nombreuses années, lors de travaux de voirie, nous avons prévu des gaines pour recevoir la fibre optique.

LE COLLEGE HENRIETTE GODFROY

Le collège Henriette Godfroy, baptisé du nom de la première personne ayant dirigé l'établissement a été construit à l'initiative de la commune au début des années 60. Il a ouvert ses portes en septembre 1962 avec un seul bâtiment abritant les premières salles de classes et l'administration.
sample-image Puis fut érigé en 1964 un autre bâtiment comprenant 3 classes en sous-sol surmontées par une salle de sport. En 1966 et 1967 se construit de nouvelles classes, et un nouvel espace d'accueil où siège actuellement l'administration et une partie du nouveau bâtiment réservé à l'actuel service technique du collège. L'histoire de son édification arrive donc à son terme en 1968. L'établissement accueille alors plus de six cents élèves qui viennent de Saulnes, Longlaville, Mexy, Haucourt et bien sûr Herserange. Aujourd'hui deux cents trente élèves originaires principalement de Saulnes et Herserange forment l'effectif. Par une délibération en date du 5 décembre 2011, le Conseil Général de Meurthe et Moselle, en charge de la compétence des collèges du département lance une vaste opération baptisée "Plan Collège Nouvelles Générations". Une large concertation et réflexion partenariale est menée avec les différents acteurs gravitant dans la sphère de l'organisation du collège. L'objectif est de garder la dimension de proximité du collège pour les élèves et de leur faire bénéficier d'un patrimoine adapté aux exigences pédagogiques et respectives de l'environnement. Or on constate que dans un périmètre rapproché il existe deux établissements de même nature, l'un le collège des Trois Frontières à Longlaville et l'autre le collège Henriette Godfroy de Herserange. Chacun des établissements accueille respectivement 230 et 200 élèves. sample-image Or l'Education Nationale fixe la pertinence de la vie scolaire et éducative au niveau d'Etude à entre 400 et 500 élèves. Aussi après les phases de concertation et de réflexion avec l'ensemble des acteurs, il est décidé de fusionner les deux établissements. Cependant l'accueil doit se faire sur un même lieu. C'est le collège de Longlaville qui a été retenu pour des raisons essentiellement techniques. Dans tous les cas cette décision a recueilli l'unanimité des acteurs. En effet à vol d'oiseau, les collèges sont éloignés d'environ 300m et l'école élémentaire de Landrivaux d'une centaine de mètres. On comprendra que les élèves ne subissent aucun préjudice de déplacement. Pour autant il est vrai que ce n'est pas avec joie que le projet a été accueilli. En effet c'est un grand pan de l'histoire de notre collège qui prendra fin certainement à la rentrée 2016. Mais la cohérence et la pertinence du projet tant au plan technique qu'au plan pédagogique ont convaincu l'ensemble des partenaires. Les travaux d'agrandissement et d'adaptation du nouveau collège de Longlaville-Herserange sont en phase d'étude. Nous ne nous prononcerons pas sur les modalités, ni le phasage, ni le contenu des travaux tant que des éléments tangibles d'information ne nous sont pas parvenus.
Devenir du collège Henriette Godfroy : sample-image A l'origine le collège est une propriété de la ville de Herserange, qui l'a cédé à la stucture intercommunale qui s'appelait le "District urbain" qui regroupait six communes (Cosnes et Romain, Herserange, Lexy, Longwy, Mont-Saint-Martin et Rehon). Par sa compétence, c'est le Conseil Général qui a toujours financé les opérations d'entretien et d'investissement des bâtiments. Pendant quelques années le district a été le relais local, pour la mise en oeuvre et le suivi des différents travaux. Puis le CG 54 a repris pleinement ses obligations. A ce jour le collège appartient à la Communauté de Communes de l'Agglomération de Longwy. La question de son avenir est posée. La ville de Herserange a montré son intérêt pour la reprise du collège par un courrier qu'elle a adressée à la CCAL. Les conditions souhaitées sont celles de cession à titre "gratuit". En effet la ville avait cédé sur la même base les bâtiments du "district urbain" de l'époque. Dans sa réponse, la CCAL précise ne pas avoir d'intention majeure sur l'établissement mais que le projet de cession devra faire l'objet d'un examen par l'assemblée communautaire après 2014. En effet la ville de Herserange se montre vivement interessée par la reprise des bâtiments. Son implantation et sa structuration sont des atouts majeurs d'une reconversion du site pour créer la Maison des Associations et des Services Techniques de la ville. Ainsi c'est une refonte complète de l'organisation associative et technique de ville qui est prévue avec tous les avantages que fournit cet établissement.

Retour menu dossiers